Inscription prestataire | Connexion
Vous êtes ici : Les dossiers du comité d'entreprise > Conseil et fonctionnement du C.E. > Quels sont les principaux syndicats de salariés français ?

Quels sont les principaux syndicats de salariés français ?

En France, la liberté syndicale est un grand principe de base dans le monde du travail. En conséquence, la création d’un syndicat est très facile et surtout, personne ne peut empêcher un individu, tout comme l’obliger, d’adhérer à un syndicat.

Un employeur ne peut pas non plus ni agir en la faveur, ni à l’encontre d’un syndicat de salariés. Ces organisations ont pour principales missions de défendre et de représenter les intérêts des salariés au sein des entreprises mais aussi dans de nombreux organismes (Unédic, caisses de sécurité sociale, etc.) où les syndicats de salariés siègent d’office.

En France, il existe huit syndicats de salariés dont cinq sont dits représentatifs et trois non représentatifs. Explications.

Quels sont les principaux syndicats de salariés français ?

Les syndicats de salariés représentatifs

Pour être habilité à s’exprimer, à négocier et à signer des accords au nom de l’ensemble des salariés, un syndicat doit être considéré comme représentatif, ou autrement dit, il doit être légitime pour représenter les salariés. Comme l’indique le ministère du travail « La représentativité confère une autorité pour peser sur les décisions publiques ».

Pour être représentatif, un syndicat doit remplir sept critères :

  • le respect des valeurs républicaines
  • l’indépendance
  • la transparence financière
  • une ancienneté minimale de deux ans
  • une influence (activité et expérience)
  • un effectif d’adhérents et de cotisations
  • une audience auprès des salariés

Ce dernier critère est le plus important. Il est mesuré tous les quatre ans lors des élections professionnelles. La loi a fixé des seuils en dessous desquels un syndicat ne peut pas être représentatif : au sein d’une entreprise, un syndicat doit avoir recueilli au moins 10 % des suffrages exprimés au premier tour des dernières élections professionnelles ; au niveau d’une branche professionnelle, un syndicat doit avoir recueilli au moins 8 % des suffrages exprimés pour être considéré comme représentatif des salariés.

Les cinq principales organisations syndicales de salariés historiques et représentatives en France sont :

La Confédération française démocratique du travail (CFDT)

La Confédération française démocratique du travail (CFDT) est le premier syndicat de salariés français depuis les dernières élections professionnelles. La CFDT a atteint le score de 26,37 % des suffrages exprimés. Ce syndicat a été créé en 1964 lors du congrès extraordinaire de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) à la suite d’une rupture idéologique au sein de ce mouvement. À l’origine proche de la Confédération générale des travailleurs (CGT), la CFDT s’en est éloignée dès les événements de mai 1968.

La Confédération générale des travailleurs (CGT)

La Confédération générale des travailleurs (CGT) est un syndicat de salariés qui a été créé le 23 septembre 1895 à Limoges. Premier syndicat représentatif des salariés du privé et du public depuis de nombreuses années, la CGT a été détrônée de cette place dans le secteur privé par la Confédération française démocratique du travail (CFDT) aux dernières élections professionnelles. Au niveau national et interprofessionnel, la CGT a obtenu 24,85 % des suffrages exprimés. La CGT reste néanmoins le syndicat de salariés leader dans les très petites entreprises (TPE) et dans le secteur public.

La Confédération générale du travail - Force ouvrière (CGT-FO)

La Confédération générale du travail - Force ouvrière (CGT-FO) est née d’une scission de la Confédération générale des travailleurs (CGT) en 1948, certains militants dénonçant à l’époque l’emprise du Parti communiste sur la CGT. La CGT-FO a obtenu 15,59 % des suffrages exprimés aux dernières élections professionnelles.

La Confédération française de l'encadrement - Confédération générale des cadres (CFE-CGC)

Créé en 1944 sous le nom de Confédération générale des cadres (CGC), ce syndicat de salariés est devenu la Confédération française de l'encadrement - Confédération générale des cadres (CFE-CGC) en 1981. Il représente certaines catégories de salariés comme les techniciens, les agents de maîtrise, les forces de vente, les cadres et les ingénieurs qui ont des fonctions de responsabilité et de commandement au sein de l’entreprise. La CFE-CGC a recueilli 10,67 % des suffrages exprimés aux dernières élections professionnelles.

Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC)

La Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC), syndicat de salariés se référant à la morale chrétienne, est née en 1919. En 1964, une grande partie de ses adhérents ont choisi la laïcisation de l’organisation syndicale et ont créé la Confédération française démocratique du travail (CFDT). La CFTC a obtenu 9,49 % des suffrages exprimés aux dernières élections professionnelles.

Les syndicats de salariés non représentatifs

Un syndicat qui n’est pas représentatif dans une entreprise peut, sous réserve de remplir certaines conditions, constituer une section syndicale et désigner son représentant parmi les salariés. Il s’agit de se faire connaître et reconnaître en vue de devenir un jour représentatif. Les syndicats non représentatifs les plus importants sont au nombre de trois : l’Union syndicale solidaire, l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa) et la Fédération syndicale unitaire (FSU).

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres conseils et idées pour le comité d'entreprise